Master professionnel et recherche

Domaine Sciences humaines et sociales

Mention

Études européennes et internationales

PRÉSENTATION GÉNÉRALE

Le master Études européennes et internationales est habilité depuis 2005-2006. Il prend la relève des maîtrises de sciences et techniques (en études européennes, commerce international et développement local) et du DESS (Management culturel en Europe) qui étaient assurés au préalable.

Il accueille 320 étudiant-e-s par an répartis dans les différents cursus : 150 en M1 et 170 en M2, sélectionnés parmi plusieurs milliers de candidat-e-s sur dossier, examen écrit et entretien oral. (Voir Candidatures, admissions)

Le master se prépare en deux ans. Mais il est possible d’accéder directement au master 2 pour les étudiants disposant des titres requis.

A l’issue de la première année, M1, le diplôme validé pour les étudiant-e-s ayant effectué le stage est la maîtrise, mention Études européennes et internationales, avec précision de l’une des spécialités ci-dessous. Les étudiant-e-s qui n'auront pas effectué le stage obtiendront une attestation de réussite.

A l’issue de la deuxième année, M2, le diplôme validé est le master professionnel ou recherche, mention Études européennes et internationales, avec précision de la spécialité et du parcours préparés (voir ci-dessous).

Ces deux diplômes sont décernés avec l’une des mentions : passable, assez bien, bien ou très bien, accompagnés d’une Annexe au diplôme, qui décrit de façon exhaustive le cursus suivi et les résultats obtenus.

Les spécialités du master

Le master offre 4 spécialités professionnelles (p) ou recherche (r). En master 2, elle se subdivisent en 13 parcours diversifiés permettant un approfondissement et une spécialisation des compétences.

(Dans la liste ci-dessous figurent les sigles couramment utilisés dans les cursus)

La construction européenne M1/M2 p & r
Parcours en M2
Enjeux et dynamiques de l'intégration européenne p CEIE
Relations internationales Europe-monde p CERI
Droit et mondialisation p CEDM
Politiques sociales et publiques r CEPS
L'Europe et l'ordre international r CERI
Droit et mondialisation r CEDMr
Politiques et gestion de la culture en Europe M1/M2 p & r
Parcours en M2
Administration des institutions et entreprises culturelles p GCAI
Direction de projets culturels internationaux p GCDP
Gestion des échanges culturels et sociaux p GCEC
Représentations et stratégies culturelles et sociales r GCRC
Villes et nouveaux espaces européens de gouvernance M1/M2 p & r
Parcours en M2
Politiques de la ville et métiers du développement urbain p VGPV
Processus politiques, modes de gouvernement et démocratie locale r VGPP
Commerce et échanges internationaux M1/M2 p
Parcours en M2
Commerce international et marketing international p CIMI
Echanges commerciaux Europe-Amérique p CIAM
Echanges commerciaux UE-Pays d'Europe centrale et orientale p CIPE

Le détail de chacune des spécialités ci-dessus figure sur ce site dans des pages spécifiques, qui comportent :

Les objectifs du master

Le master a pour but de :

Les cursus

Tous les cursus sont de 500 heures par an, assurés sous forme d’unités d’enseignement de 30 heures chacune, semestrielles ou annuelles (soit 17 UE et 60 ECTS par cursus).

Ils comportent :

Description détaillée des cursus : voir Diplômes : cliquez ICI

Le contrôle des connaissances et le taux de succès

Le contrôle des connaissances est assuré sous des formes diversifiées :

L’ensemble des notes obtenues, combinées aux notes de soutenance déterminent, après péréquation, la moyenne globale et la mention (toutes deux calculées de façon distincte pour le M1 et le M2) avec laquelle le diplôme est décerné (voir sur ce site « Scolarité » : Contrôle des connaissances : cliquez ICI)

La moyenne générale des notes globales pour 2007-2008 est de 14,5/20 (elle oscille ente 16/20 et 13,6/20 selon les spécialités)

Le taux de succès est particulièrement élevé : il va de 75 à 95% pour les masters professionnels, et de 60 à 90% pour les masters recherche. Le taux moyen de succès, tous masters confondus, est de 85% en 2005-2006, 76 % en 2006-2007 et 77% en 2007-2008.

Les orientations scientifiques et pédagogiques

Le master contribue à une réflexion de haut niveau sur la construction européenne et la mondialisation. Il apporte une connaissance précise et pratique de l’intégration européenne : ses institutions, ses processus politiques, économiques et juridiques, ses politiques économiques, sociales et culturelles, ses rapports avec les autres blocs mondiaux, notamment en termes économiques et commerciaux, de politique étrangère et de sécurité commune. Il analyse les évolutions qu'elle entraîne dans les pays européens en termes de conception de la citoyenneté, de gouvernance, de redéfinition de l'État et de ses missions, notamment en matière de politiques publiques (sociales, éducatives, de services, de gestion des villes, de développement local…) en réinsérant la construction européenne dans le cadre plus vaste de la mondialisation. Il tente également de cerner la définition d'un nouveau modèle européen et de son rôle dans la construction d'un nouvel ordre international.

Cette analyse s’appuie sur une approche pluridisciplinaire et comparative (niveaux local, national et international), en s’attachant à identifier les outils, discours, et représentations de l’intégration. C’est donc une connaissance approfondie et critique de l'ensemble de la construction européenne, avec une spécialisation sur certains de ses aspects.

Le master s'appuie principalement sur le Centre d’études des mutations en Europe (CEME) mais aussi sur d’autres institutions de recherche, notamment européennes et étrangères, avec lesquelles le CEME et l'IEE sont engagés dans des partenariats, comme l'IRIS (Institut des relations internationales stratégiques), l'IRES (Institut de recherches économiques et sociales), le Centre de recherches internationales de l'Université William Paterson (New Jersey, États-Unis), etc.

Les échanges internationaux

Des séjours d’études peuvent être effectués dans une université étrangère en Europe - Union européenne ou Grande Europe (une quinzaine d’universités), en Amérique du Nord ou latine, en Afrique ou en Asie. L’IEE dispose d’un ensemble d’échanges universitaires dans le cadre des programmes ERASMUS, MICEFA (Etats-Unis), CREPUQ (Québec) ou de conventions propres.

L’IEE dispose d’un accord avec le Ministère des affaires étrangères et européennes (MAEE, voir Stages) pour le placement d’étudiant(e)s en stage dans les services culturels et diplomatiques français à l’étranger.

De même, des stages peuvent être effectués dans des organismes européens et internationaux (Commission et Parlement européens, UNESCO, ONU, Conseil de l’Europe…) ou dans des organismes de recherche français et étrangers (IRIS, IRES, OIT, Centres de recherche des universités...)

La professionnalisation et les stages

Qu’il s’agisse des parcours professionnels ou de recherche, le but du master est de donner aux étudiant-e-s une formation de haut niveau alliant l’acquisition de savoirs et savoir-faire, théoriques et pratiques, à celle de compétences spécialisées mais non figées.

L’articulation entre cours théoriques et ateliers pratiques, l’étroite collaboration entre universitaires et professionnels dans les enseignements, le suivi régulier des étudiant-e-s par un-e universitaire et un-e professionnel-le, la réalisation d’études de cas et de montages de projets réels, les stages en entreprise et séjours d’études ou de recherche garantissent aux étudiants une insertion professionnelle optimale.

Les stages, tant en M1 qu’en M2, permettent un réel approfondissement des savoir-faire et une autonomisation des compétences.

Ils sont obligatoires dans tous les masters 2 professionnels et fortement recommandés dans les masters 1. La durée du stage est de 6 à 8 semaines ou plus en M1 et 12 semaines ou plus en M2.

L’IEE dispose de liens avec de nombreuses entreprises partenaires, qui associent les étudiant-e-s à des projets réels en leur confiant des responsabilités et en leur permettant une certaine autonomie d’action. L’IEE, et notamment les enseignant-e-s professionnels, aident les étudiant-e-s dans leur recherche de stages et d’emplois. Une aide leur est également apportée par le service d’insertion professionnelle de l’université RESO8 (voir leur site).

Les débouchés

Les débouchés varient en fonction du niveau de diplôme (M1 ou M2), de la spécialité et de la voie, recherche ou professionnelle. Ils sont plus précisément présentés au sein de chaque spécialité.

Pour la voie recherche, toutes spécialités : enseignement et recherche, et un certain nombre des débouchés de la voie professionnelle ci-dessous :

Le taux de placement est de très bonne qualité. La plupart des étudiant-e-s qui ne poursuivent pas leurs études trouvent des emplois dans des délais assez brefs et dans des secteurs d’activités correspondant à leur formation, souvent à l’issue de stages longs. Une partie des étudiant-e-s trouvent des emplois dès la fin du M1 ou avant même la validation du M2 (voir sur le site les rubriques : Stages/débouchés et l’IEE en chiffres).

Les poursuites d’études

Le master 1 de l’IEE permet aux étudiants ayant obtenu une bonne moyenne de poursuivre en M2. Ils peuvent aussi poursuivre dans les masters d’autres universités.

Les titulaires du master 2 peuvent poursuivre leurs études :

Télécharger cette présentation générale des masters pdf