Master professionnel et recherche

Domaine Sciences humaines et sociales

mention   Études européennes et internationales

spécialité   La construction européenne

Le master Études européennes et internationales, spécialité La construction européenne, offre six parcours correspondant à des compétences spécifiques liées à des types de profils et des secteurs d’emploi :

Droit et mondialisation : un parcours novateur... particulièrement d'actualité

Ce nouveau parcours, professionnel et recherche, est ouvert en master 2 à compter de la rentrée 2011-2012 (responsable : Elsa Bernard, professeur de droit public à l’IEE). Il s'adresse plus spécifiquement aux étudiant-e-s issus des formations juridiques ou ayant un intérêt pour la dimension juridique.

Le phénomène de la mondialisation donne lieu à une modification des contours du droit, tant au plan institutionnel que matériel. L’État partage avec des institutions ayant une vocation mondiale la régulation de biens publics qui, en plus d’être nationaux ou européens, sont aussi globaux.

Ce parcours envisage l’Union européenne à la fois comme un acteur global (droit des institutions globales) participant à la régulation de biens publics mondiaux (la sécurité mondiale, la stabilité financière, l’environnement) mais également comme un espace juridique offrant un modèle de protection des personnes (droits fondamentaux comparés, droit des étrangers et de la circulation des personnes).

Assuré par des juristes, universitaires et professionnels, il offre un ensemble structuré de cours spécialisés permettant l'accès à des métiers nouveaux liés à la mondialisation et constitue une excellente préparation pour les candidat-e-s aux concours, notamment européens et internationaux.

Le master a été habilité en 2005. Il se situe dans le prolongement du DEA "La construction européenne" et de la maîtrise de sciences et techniques "Etudes européennes", qui ont bénéficié du soutien et de la reconnaissance par les institutions européennes, sous la forme d’une Chaire européenne Jean-Monnet, en science politique, attribuée à Bernard Cassen, d’un module pilote SOCRATES sur le statut juridique des femmes dans l’Union européenne, coordonné par Mireille Azzoug, et deux modules européens SOCRATES, coordonnés par Jean-Claude Boyer sur les petits États et l’intégration européenne et sur la géopolitique régionale et le développement territorial dans l'Union européenne.

Le master entretient des liens étroits avec divers centres d’études et de recherche, notamment l’IRIS (Institut de relations internationales stratégiques), l’IRES (Institut de recherches économiques et sociales), Le Monde diplomatique, Courrier international, des centres d’études et de recherche d’universités étrangères (Université William Paterson (New Jersey, Etats-Unis), Université de Genève, Université de Sofia (Bulgarie), Université de Timisoara (Roumanie), Université de Kiel (Allemagne), Université d’Athènes...).

Le master, tant professionnel que recherche, forme des cadres de haut niveau pour les institutions et organismes nationaux, européens et internationaux, les collectivités territoriales, les cabinets d’expertise, les entreprises et administrations, les centres de recherche et de prospective des secteurs privé public, les services juridiques en entreprises et institutions. Le parcours recherche prépare en outre aux métiers de l'enseignement et de la recherche et à la poursuite d'études en doctorat.

Le master, et notamment le parcours professionnel Enjeux et dynamiques de l'intégration européenne, apporte aux étudiant-e-s une bonne connaissance de la construction européenne – son historique, ses institutions, son ordre juridique, ses processus – ainsi qu’une analyse approfondie de l'ensemble des politiques, économiques, commerciales, sociales, régionales, environnementales, de défense et sécurité… liées à l'intégration européenne et à la mondialisation et des mutations qu’elles induisent dans les rapports entre États, régions et territoires, dans la conception et la nature de l'État, des services publics, de la citoyenneté et de la démocratie.

Les parcours (professionnel et recherche) Relations internationales permettent une étude approfondie des enjeux stratégiques internationaux – géopolitiques, économiques, financiers, environnementaux, de sécurité…, des rapports entre grands blocs mondiaux ainsi que du rôle et du fonctionnement des grandes organisations internationales.

Les nouveaux parcours (professionnel et recherche) Droit et mondialisation apportent en outre une connaissance approfondie des ordres juridiques, des législations, nomes et conventions et de leur mise en œuvre dans le cadre de l’intégration européenne et de la mondialisation.

Le master professionnel conjugue formation théorique et formation professionnelle. Aux enseignements généraux et théoriques évoqués ci-dessus s’ajoute une formation pratique au sein d’ateliers et d’études de cas en petits groupes permettant d’approfondir le fonctionnement des institutions, les processus de décision, les divers programmes et financements européens ou internationaux, la coopération décentralisée, ou l’application des normes juridiques… Etudes de cas et travail de terrain en M1, rédaction d’un mémoire problématisé et spécialisé en M2, rédigé sous la direction d’universitaires et de professionnels, et la possibilité de suivre une préparation aux concours, permettent d’acquérir des savoir-faire directement utilisables dans des emplois concrets.

Le master recherche permet, au travers de séminaires spécialisés – portant sur les relations internationales ou les politiques économiques et sociales, les questions juridiques – et de cycles de conférences sur les grandes questions européennes et internationales (consacrés aux débats de société : crise financière, guerres, développement durable, politiques publiques, droit et démocratie…), associant des chercheurs, des universitaires et des acteurs sociopolitiques, d’acquérir des connaissances pointues et de participer à un travail de réflexion et d’analyse critique. La rédaction d’une étude de cas problématisée en M1 et d’un mémoire de recherche sur une thématique approfondie en M2 permettent aux étudiant-e-s aussi bien une poursuite d’études en doctorat ou dans une grande école que l’accès direct à des débouchés professionnels.

Les étudiant-e-s sont, en outre, associés aux travaux des équipes de recherche auxquels participent les enseignants et chercheurs de l’IEE, notamment le laboratoire Forces du droit et du Centre d'études des mutations en Europe (CEME).

Le taux de succès est élevé : il varie selon les années et les spécialisations.

2009-2010 : M1 : 70%, M2 professionnel : 80%, M2 recherche : 67%.

2008-2009 : M1 : 72%, M2 professionnel : 70%, M2 recherche : 71%.

2007-2008 : M1 : 80%, M2 professionnel : 73%, M2 recherche : 63%.

2006-2007 : M1 : 91%, M2 professionnel : 77%, M2 recherche : 54%.

Pour le parcours recherche : doctorat, grandes écoles, enseignement et recherche.

Pour le parcours professionnel, ils varient en fonction de l'option choisie :

Quelques exemples d’emplois occupés par les étudiant-e-s des promotions précédentes à l’issue de la formation (enquêtes 2007 et 2008) :

Les responsables du diplôme

Master 2 : professionnel et recherche

Parcours L'Europe et l'ordre international (CERIr)

Parcours Relations internationales Europe-Monde (CERIp)

Pascal Boniface

Pascal Boniface
maître de conférences,
docteur d’État, politologue, juriste,
directeur de l'IRIS (Institut de relations
stratégiques internationales),
relations internationales, enjeux
stratégiques internationaux

Master 2 : professionnel et recherche

Parcours Politiques sociales et publiques (CEPS)

Pierre Cours-Salies

Pierre Cours-Salies
professeur, sociologue, politologue
Politiques sociales et publiques,
courants politiques

Master 2 : professionnel

Parcours Enjeux et dynamiques de l'intégration européenne (CEIE)

Mireille_Azzoug

Mireille Azzoug
maître de conférences, angliciste
directrice de l’IEE
civilisation européenne
systèmes politiques,
statut juridique des femmes en Europe

Bernard_Maris

Bernard Maris
professeur, économiste,
politiques économiques,
finance internationale
développement durable

Master 2 : professionnel et recherche

Parcours Droit et mondialisation (CEDMp)

Parcours Droit et mondialisation (CEDMr)

Elsa Bernard

Elsa Bernard
professeur, juriste
droit communautaire

Master 1 : parcours recherche et professionnel

Gilles Raveaud

Gilles Raveaud
maître de conférences,
économiste,
politiques économiques,
politiques sociales

Les enseignant-e-s universitaires et professionnels

Les intervenant-e-s extérieurs

Parmi les anciens enseignant-e-s ayant participé aux formations sur la construction européenne :

Nombre de places :
Master 1 professionnel et recherche : 25 à 30 étudiant-e-s
Master 2 professionnel : 30 étudiant-e-s : 10 par parcours.
Master 2 recherche : 15 à 20 étudiant-e-s : 8 à 10 par parcours.

Admission : Elle se fait sur dossier, examen écrit, entretien oral, parmi un millier de candidat-e-s. La candidature se fait en ligne : calendrier et dépôt des candidatures cliquez ICI

Le cursus est de 500 heures par an. Il est assuré sous forme d’unités d’enseignement (UE) de 30 heures chacune, semestrielles ou annuelles (soit 17 UE et 60 ECTS par année).

Le cursus détaillé de chacun des parcours ci-dessus figure sur ce site dans des pages spécifiques :
Descriptif téléchargeable (comportant un cursus plus détaillé) : cliquez ICI, Fiches cursus : parcours professionnel : cliquez ICI, parcours recherche : cliquez ICI

Tous les cursus (master professionnel : M1p/M2p et master recherche : M1r/M2r) comportent :

Le contrôle des connaissances est assuré sous des formes diversifiées :

L’ensemble de ces notes détermine, après péréquation, la moyenne globale et la mention avec laquelle le diplôme est décerné (voir rubrique Scolarité : Contrôle des connaissances : cliquez ICI)

Accès à la liste partielle des mémoires soutenus depuis 2007-2008 : cliquez ICI

Le but du master, tant professionnel que recherche, est de donner aux étudiant-e-s une formation de haut niveau alliant l’acquisition de savoirs et savoir-faire, théoriques et pratiques, à celle de compétences spécialisées mais non figées.

Les stages, en entreprises ou dans des institutions nationales ou internationales et des centres de recherche, permettent un réel approfondissement des savoirs et savoir-faire et une autonomisation des compétences.

Les séjours d’études pourront être effectués dans une université étrangère en Europe - Union européenne ou Grande Europe (une quinzaine d’universités), en Amérique du Nord ou latine, en Afrique ou en Asie. L’institut dispose d’un ensemble d’échanges universitaires dans le cadre des programmes ERASMUS, MICEFA, CREPUQ ou de conventions propres.

L’IEE dispose d’un accord avec le Ministère des affaires étrangères et européennes (MAEE) pour le placement d’étudiant-e-s en stage dans les services culturels et diplomatiques français à l’étranger. De même, des stages pourront être effectués dans des organismes européens et internationaux (Commission et Parlement européens, UNESCO, ONU, Conseil de l’Europe…) ou dans des organismes de recherche français et étrangers (IRIS, IRES, OIT, Centres de recherche des universités…)

Grandes écoles (ENA , École de Bruges, …), concours de la fonction publique locale, nationale et internationale.

Doctorat pour la voie recherche, notamment le doctorat de l'Institut d'études européennes : « Sciences sociales : études européennes ».

fleche